Santé de la femme et santé mère-enfant

En l’an 2000, les États-Unis ont voté les Millenium Development Goals (MDG) : Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). L’OMD n°5 a défini l’objectif de réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle (à 5,5%), et ceci au plus tard en 2015. Cet objectif n’a pas été atteint à l’échelle mondiale. Les pays industrialisés eux-mêmes ne l’ont pas atteint en terme de pourcentage. Numériquement parlant, la nécessité d’agir est pourtant plus urgente dans les pays dits en voie de développement.
En 2010, par exemple, le taux de mortalité maternelle au Sud-Soudan atteignait son plus haut point avec 2054 cas mortels pour 100.000 naissances vivantes, tandis que l’Estonie se révélait le meilleur pays au niveau mondial avec seulement 2/100.000. L’Allemagne était 164ème sur 184 pays avec un taux de 7/100.000 et la Sierra Leone présentait le 4ème plus fort taux de mortalité maternelle au monde.

Le diabète gestationnel est un phénomène d’intolérance au glucose (glycémie élevée) qui apparait pendant la grossesse. La physiopathologie du diabète gestationnel correspond en grande partie au diabète de type 2. L’hygiène alimentaire ainsi que le style de vie des femmes y jouent un grand rôle, de même qu’une prédisposition génétique.
La pré-éclampsie et ses complications – HELLP syndrome et éclampsie – se traduit par une hypertension artérielle pendant la grossesse.
Ces deux formes de maladie, pré-éclampsie et diabète gestationnel, vont de pair avec des lésions endothéliales des vaisseaux sanguins du placenta mais aussi au niveau des vaisseaux de la mère.

C’est pourquoi l’EFVM se consacre à la lutte contre ces maladies liées à la grossesse et s’engage dans des programmes de prévention.
La pré-éclampsie et le diabète gestationnel représentent un grave danger pour la santé de la mère et de l’enfant. Au niveau mondial, les causes les plus fréquentes de mortalité maternelle, de morbidité et de mortalité périnatales sont les complications liées à ces 2 groupes de maladie: macrosomie fœtale, ralentissement du travail de l’accouchement,  hématome rétroplacentaire, coagulation intravasculaire disséminée, hémorragie du postpartum, mort fœtale in utero, retard de croissance fœtale et prématurité iatrogène.

Dans les pays occidentaux, on peut tenir en échec ces complications et maladies liées à la grossesse seulement par le biais de programmes ambitieux de prévention, avec l’apport d’une haute technologie médicale (biologie médicale, échographie, échographie Doppler, médecine intensive et néonatalogie). Grâce à la garantie apportée par ces médecines, ces maladies graves ne constituent plus une si grande menace dans les pays industrialisés.  La grossesse n’est plus perçue comme un état potentiellement dangereux mais comme un évènement important de l’existence.
Il est pourtant avéré qu’ici aussi la majorité des complications liées à la grossesse sont issues des différentes formes de pré-éclampsie et du diabète gestationnel. La prématurité, par exemple, ainsi que le taux de césarienne y sont directement liés.

L’EFVM met en place différentes mesures d’accompagnement en faveur de la santé des mères et des enfants. Et ceci particulièrement dans les zones rurales et hors agglomération en Allemagne, tout comme dans les zones à faibles ressources dans la région subsaharienne.

En partenariat avec le Princess Christian Maternity Hospital de Freetown en Sierra Leone, la fondation a lancé un programme de collecte des données par des infirmier.ères (Study-Nurse-Programm) pour créer un fichier du diabète gestationnel et un fichier de la pré-éclampsie. Par ailleurs, il a été mis au point un programme d’échange et de formation entre l’Allemagne et la Sierra Leone à destination des jeunes internes des hôpitaux en matière de gynécologie et d’obstétrique.